Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 mars 2014

Le grand écart des écolos spinaliens

Il n’y aura pas de liste écologiste aux municipales à Epinal, ça n’est pas un scoop, mais alors pour qui vont voter les écolos ?

 

Le débat télévisé sur Vosges Télévision a prouvé une chose, les 5 candidats présents sont croissancistes, ils rêvent tous d’une relance par l’économie du type XXème siècle, d’un accroissement de la population spinalienne, et aucun n’a vraiment parlé d’écologie, à peine la reconversion économique vers le développement durable est une option pour certains, Jean-Claude Lacour a proposé une régie pour l'eau, et seul Jean-Pierre Moinaux a timidement prononcé les termes « transition énergétique ».

Beaucoup de sujets environnementaux sont pourtant directement liés à la politique communale et communautaire. Le vélo, la préservation des paysages, les circuits courts, les cantines scolaires, les économies d’énergie, la rénovation urbaine … j’en viens à regretter qu’une vraie liste écologiste n’ait pas pu voir le jour. 

Pourtant la nature a horreur du vide, surtout en politique, et chacun avance ses pions pour combler cet espace (et capter cet électorat qui a fréquemment dépassé les 10% sur Epinal).

 

La plus grande surprise vient de Michel Heinrich qui n’a pas hésité à intégrer dans son équipe l’ex Vert Dominique Andrès. En politique on appelle ça une « prise de guerre ». S’il est indéniable que Dominique Andrès apportera une expertise authentiquement écologiste à l’équipe Heinrich si celle-ci est réélue, le pari est très risqué. L’action de l’équipe Heinrich en matière d’écologie est typique des municipalités de droite : faire peu et s’en vanter beaucoup. moinaux,robinot,heinrich,ouadah,lacour,municipales épinal,adam ouadah,michel heinrich,jean-claude lacour,pierre-jean robinot,jean-pierre moinaux,dominique andrès,andrès,chantal brousse,brousse,vivre à epinal,éclairage de rueLa politique environnementale de la ville ne va pas plus loin que le simple respect de certaines lois, la déclinaison de certains programmes nationaux, et deux ou trois touches de développement durable, et pourtant la communication vante des mérites exceptionnels. Le remplacement de quelques éclairages de rues par des équipements moins énergivores nous est vanté dans le magasine Vivre à Epinal comme un effort incroyable pour sauver la planète. Pourtant cet éclairage reste allumé toute la nuit y compris dans les quartier résidentiels, alors que de plus en plus de communes l’éteignent. Dans le même temps le mobilier urbain rétro-éclairé et les écrans géants ont envahi la ville et plombé la consommation énergétique.

Même constat pour la cyclabilité, on peint quelques bandes vertes sur les trottoirs et on se vante d’avoir crée une piste cyclable de plusieurs dizaines de kilomètres de long. A côté de ça toutes les rues rénovées sont dépourvues de pistes cyclables, certaines sont même rétrécies ce qui rend le dépassement des vélos par les voitures impossible ou extrêmement dangereux.

Le risque que prend Dominique Andrès en intégrant la liste UMP est non seulement de ne pas avoir de marge de manœuvre pour changer tout ça, mais en plus de cautionner cette politique globalement médiocre. Pas sûr que beaucoup d’écologistes le suivent. Cela dit même si je ne cautionne pas son choix, je souhaite à Dominique Andrès à titre personnel bonne chance dans son engagement.

 

La deuxième surprise vient du Front de Gauche, mais cette fois ci c’est plutôt une déception. Aline Weber et Vincent Gehin travaillent depuis des années avec talent sur des questions importantes, les transports collectifs, la reprise en main de la gestion de l’eau, la lutte contre l’excès de publicités. Cette liste aurait donc tous les atouts pour construire une alternative écolo-compatible. Indépendamment de la couleur politique qui n'est pas la mienne j'attendais beaucoup de cette liste. Mais le résultat : « une campagne faite avec les moyens du bord » me laisse pour le moins dubitatif. On ne retrouve pas le travail fait par les deux conseillers municipaux sortants. J’espère que les professions de foi relèveront un peu le niveau, sans quoi l’écolo lambda ne s’y retrouvera pas. La contre-performance de Jean-Claude Lacour lors du débat télévisé, écorchant le nom du candidat d’origine nord-africaine et remportant un « point Godwin » avec un « arbeit macht frei » que personne n’aura compris, ne devrait pas l’aider beaucoup. Pas sûr donc qu’ils captent d’autres écolos que ceux du Parti de Gauche.

 

La troisième surprise est la liste d’Adam Ouadah, il semble avoir tourné la page de cet inquiétant micro-parti qu’il avait crée : la NUFR, une sorte d’UMP musulmane dont les scores aux élections précédentes avaient été infinitésimaux. Cette fois ci il a mis le paquet, une belle liste plutôt ouverte, un très beau site internet, une campagne active, et chose que d’autres n’ont pas : un programme !

Bien qu’il se dise sans étiquette il n’y a pas besoin d’avoir fait science-po pour comprendre qu’il est très à droite, il double par la droite Michel Heinrich, il a même paru très proche idéologiquement du Front National lors du débat sur Vosges Télévision. Adam Ouadah développe des propositions que très peu d’écologistes partagent, mettre des caméras partout, une vision de l’économie très mondialisée. Et pourtant on retrouve des points intéressants dans son programme, un vrai plan de rénovation des éclairages urbains par exemple. Les rares écolos de droite qui lisent les programmes pourraient se retrouver séduits.

 

Concernant la liste Front National, j’ai peu de commentaires à faire, c’est une liste « tartuffe » qui se contente de remuer le couteau dans la plaie là où ça fait mal. Trop d’impôts, trop de social, trop de chômage, trop de communautarisme, et des solutions pour résoudre tout ça pour le moins inquiétantes : armer les policier municipaux entre autre. Leur programme n'en est d'ailleurs pas un, c'est un simple copier-coller d'une liste de mesures envoyées par le siège de ce parti. Il est vrai que la FN a pas mal de candidats qui ne savent ni lire ni écrire, encore moins réfléchir, c'est plus prudent pour eux. Celui d'Epinal, Pierre-Jean Robinot sais lire et écrire, mais quand un importateur de lasures ultralibéral vante la réindustrialisation locale je me marre, c'est comme si un candidat écolo était commercial chez RoundUp !!

Leur principal argument m'a fait rire jaune, ils osent promettre la fin du clientélisme et du communautarisme, mais leur mesure phare : la "préférence nationale", c'est a dire l'attribution d'aides publiques sur des critères ethniques n'est elle pas l'exemple même de mesure communautariste et clientéliste ?

Bref, c’est désolant et hélas ce genre de populisme suicidaire trompera plus d’un électeur désespéré.

 

Enfin la cinquième liste, celle de Jean-Pierre Moinaux, elle souffre encore de la trahison des dernières législatives, et bien que François-Xavier Huguenot ne soit pas sur sa liste, certains n’ont pas oublié. Jean-Pierre Moinaux se revendique d’une gauche plurielle socialiste, écologiste et centriste. Pour ce qui est du centrisme c’est vrai, il y a là aussi une « prise de guerre » que j’apprécie particulièrement, l’ex MoDem Chantal Brousse qui vient apporter l’esprit de défense de la petite entreprise et du commerce de proximité qu’avait Nathalie Mercier, et certaines propositions telles l’Epinal Buisiness Act pour sauvegarder le tissu artisanal local et ainsi favoriser la résilience du territoire sont des points importants qui pourraient séduire les écolo-centristes.moinaux,robinot,heinrich,ouadah,lacour,municipales épinal,adam ouadah,michel heinrich,jean-claude lacour,pierre-jean robinot,jean-pierre moinaux,dominique andrès,andrès,chantal brousse,brousse,vivre à epinal,éclairage de rue

Les écologistes « verts » par contre ne me semblent pas présents sur sa liste, peut-être la n°2 Marie-Claude Abel, cheville ouvrière du programme de rénovation énergétique « Habiter Mieux » donne cette caution verte à Jean-Pierre Moinaux. Son programme reste cependant correct et si les personnes ne sont pas là, les idées pourraient inciter une majorité des écolos à voter pour lui, un refuge PS bien classique en somme quand il n’y a pas de candidat spécifiquement écologiste. Jean-Pierre Moinaux a en outre été le seul à ne pas dilapider son temps de paroles en polémiques stériles lors du débat télévisé pour se concentrer sur le sujet, à savoir Epinal, pas sur que ça paye en terme de voix, mais pour moi c’est un bon point.

 

 

N’oublions pas que les scores écologistes à Epinal ont souvent franchi la barre des 10%, et si les écolos s’abstiennent, c’est mathématiquement le Front National qui en portera les bénéfices avec les conséquences que cela pourrait avoir. La campagne n’est pas finie, il appartient aux 4 autres candidats de prouver leur réelle volonté d’intégrer l’écologie dans leur projet.

Commentaires

Les écologistes sont généralement de vraies girouettes et votent le plus souvent en fonction de leurs intérêts personnels plutôt que de leurs propres valeurs, il n'y a qu'à voir les couleuvres qu'ont dû avaler ceux présents au gouvernement. Concernant les propos tenus globalement sur ce site, ils sont généralement et particulièrement indigestes, parlant beaucoup d'alimentation, vous occulter l'écologie de bon sens celle à laquelle les citoyens pourraient croire au profit d'une forme d'integrisme qui prend la forme d'une écologie punitive. Ce faisant, il est particulièrement regrettable que vous vous limitiez principalement aux questions alimentaires, même si la question est abordée, de loin, il y a les questions énergétiques, dire non au nucléaire est une évidence, savoir expliquer des alternatives de façon objectives allant de le sens de tous apparaît être compliqué pour vous, les comités centraux des partis ne suffisent pas, il faut aussi descendre dans la rue pour écouter et comprendre les gens, ne pas se replier sur soi en se persuadant que vous avez la sainte parole. Il y a tant d'autres thèmes qui pourraient être abordés de façon objective et sincère. Tant que les gens comme vous s'imaginent que l'homme doit être au service de l'écologie, cette dernière n'aura aucune chance, pour être crédible aux yeux des citoyens, il faudra intégrer un jour que c'est l'écologie qui est au service de l'homme...

Écrit par : tartuffe | 16 mars 2014

Cher Tartuffe,

quel dommage d'utiliser un pseudonyme, en tout cas merci pour votre commentaire. Je suis effectivement un passionné de gastronomie et le combat pour une alimentation saine et savoureuse est l'un des principaux moteurs de mon engagement écologiste. C'est vrai que c'est égoïste de ma part, mais voter pour avoir le droit de ne pas être empoisonné me semble aller la fois dans le sens de mon intérêt personnel et de celui de mes valeurs.

Vous avez visiblement mal lu mon blog, car la transition énergétique occupe près d'un tiers de mes publications. Où avez-vous vu une écologie intégriste et punitive ? habituellement on me reproche au contraire de ne faire que de l'écologie positive et de ne pas suffisamment m'opposer aux pollueurs. Je crois à l'écologie par l'exemple, celle de la Transition, celle qui met des bons légumes dans nos frigos, qui allègue nos factures et qui recrée du lien social. C'est la pollution qui est punitive, pas l'écologie, il ne faut pas inverser les rôles, quand on ne peut plus respirer, qu'on ne peut plus utiliser sa voiture, ou qu'un doit payer des taxes pour recycler, c'est bien la pollution et non l'écologie qui est punitive.

Vous êtes injuste en me parlant des comités centraux des partis, je ne suis justement adhérent d'aucun parti politique, je garde tout mon sens critique à leur égard et je ne cautionne pas ce que font certains élus écologistes. Je suis bien au contact des gens, j'ai crée une association, je suis membre de plusieurs autres, je rencontre tous les jours des artisans, des salariés et des chômeurs de par mon travail. Alors non vraiment votre critique n'est pas justifiée.

Quand à votre conclusion anthropocentriste, n'est-ce pas plutôt vous qui vous repliez sur vous même ? L'Homme fait parti de l'Ecosystème et non l'inverse, et l'écosystème perdurera bien après notre disparition. Même la tradition monothéiste avant d'être dévoyée l'avait compris, Dieu n'a pas crée la Terre pour servir l'Homme, il a crée l'Homme pour "garder" la Terre (genèse chapitre 2).

Écrit par : Julien Perrin | 17 mars 2014

Cher Julien,

Je te remercie de porter à notre crédit à Vincent et moi le combat pour la régie publique de l'eau, la diminution de la publicité dans l'espace urbain et en général, et les efforts pour les cyclistes.
Effectivement, quelques ratés ont pu donner lieu à des inquiétudes.
J'espère cependant qu'à la lecture des professions de foi des 5 listes, tu auras retrouvé quelque peu le sourire, car il me semble, sans vouloir nous tresser des lauriers, que les propositions réellement écologistes émanent de notre liste et sont assez efficacement listées dans la profession de foi.

De plus, je tiens à dire que le PG, participant de la liste Front de Gauche, n'est pas "croissanciste" et donc impulse une réelle volonté de changement dans les modes de vie et de consommation, car pour nous, c'est l'homme, le citoyen, qui doit primer sur le consommateur. Pour cela, les besoins fondamentaux humains doivent être satisfaits, pour que la réflexion puisse être entamé sur un autre développement. C'est le sens de plusieurs de nos propositions, même si l'on ne peut pas tout faire à l'échelon communal.

Certains de nos propositions pourraient je pense trouver une écoute attentive auprès de certains écologistes, bien que nous ne puissions pas faire état d'un soutien d'EELV par exemple, car ce soutien a été conditionné à un niveau supérieur à la participation de candidats EELV à notre liste, et personne n'était motivé, donc même si des discussions ont eu lieu, elles n'ont pas pu aboutir, ce dont nous nous désolons quelque peu, mais il faut avancer.

Circuits courts et produits locaux (voire bio si possible, mais mieux vaut local que bio qui prend l'avion, n'est-ce pas) pour la restauration collective.

Régie publique de l'eau, pour l'écologie et la transparence (gestion par, pour, avec les usagers) et pour diminuer le prix à terme en avançant vers la gratuité des premiers litres indispensables à la vie.

Diminution de la pub dans l'espace communal (et en général mais là on parle des municipales) donc... voir les affreux panneaux lumineux, comment on peut voir pour à terme les enlever (mais sans tomber dans la rupture de contrat anarchique, qui malheureusement, soyons pragmatiques, risque de grever les finances lorsque la rupture est mal négociée ou avancée trop vite).

Efforts pour le développement des transports doux en ville, notamment vélos et navettes. Pour les vélos, revoir le plan de déplacement pour permettre la fluidité et l'utilisation du vélo au quotidien (même si Epinal n'est pas plate c'est sûr) car la piste cyclable est bien faite, mais ne sert qu'à traverser la ville pour se promener, et n'est pas reliée aux véloroute des Hautes-Vosges à Remiremont (cela ne concerna pas qu'Epinal, bien sûr, mais il devrait être faisable de créer par la route d'Archettes une vélo-route ou route partagée en vitesse réduite pour relier Remiremont).

Poursuite de l'isolation au fur et à mesure des rénovations du mobilier communal, des aides à la rénovation écologique et du développement des énergies renouvelables quand c'est possible pour les bâtiments communaux.

Il y en a d'autres, c'est pourquoi j'invite les écologistes à bien comparer les programmes et les professions de foi, car je n'ai pas vu ces propositions beaucoup développées par nos adversaires.

Enfin, quand Jean-Pierre Moinaux parle timidement de transition énergétique, il faut certes applaudir (timidement car je ne suis pas sûr que ce terme recouvre beaucoup de choses pour lui, et il continue dans son programme à utiliser le vocable développement durable), mais ne pas oublier que dans le même programme soi-disant de gauche il plaide pour l'utilisation de la vidéo-surveillance à un niveau plus élevé que le maire sortant (et pour les espaces publics, ce qui, à l'inverse des espaces clos, a plutôt fait la preuve de son inefficacité), et enfin, défend le dispositif "voisins vigilants" qui crée des groupes de surveillance de voisinage et institue les citoyens en supplétifs de la police et de la gendarmerie (et ce bien souvent dans des zones où les effectifs de gendarmerie viennent à baisser... cherchez l'erreur...). Bref, de ce point de vue là, il reste croissanciste, et sur les libertés individuelles, je le trouve d'un niveau très mauvais !

Si vous voulez vous rendre compte par vous-mêmes :

pour de plus amples informations sur la vidéo-surveillance en général, voir les travaux de Laurent Mucchielli et Tanguy Le Goff (sociologues).

pour des informations sur Voisins Vigilants, et sa mise en place dans les Vosges, voir l'article de Romain Mathieu dans la revue de sociologie Savoir-Agir en ligne à l'adresse
http://www.savoir-agir.org/IMG/pdf/SA14-ActuMathieu.pdf

pour en savoir plus sur le combat contre la vidéo-surveillance et Voisins vigilants dans les Vosges, le Blog de l'association de lutte contre les dérives sécuritaires (pas à jour mais utile).
http://lds88.blogspot.fr/

Restant à votre entière disposition, merci à toi Julien de tolérer ma prose.
Au plaisir de te revoir. Ce soir à notre dernière réunion publique à l'école Durkheim? :-)

Aline Weber
Conseillère municipale Front de Gauche sortante
Liste Epinal, l'humain d'abord

Écrit par : Aline Weber | 21 mars 2014

Les commentaires sont fermés.