Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 juin 2016

Ode à la Pluie

Ode à la pluie

 

La froideur d’un soleil livide

séchait les larmes de mes yeux.

Scrutant le fade ciel vide

Je me cachais au fond des cieux.

 

J’attendais Mars et goutte à goutte

coulaient les jours sur mes années,

coulaient aussi avril, mai, août

sur la rosée des fleurs fanées.

 

Vibrant les cimes des Tilleuls,

le vent enfin versa l’ondée,

et quand on fit de Ra le deuil,

les Saules vinrent à pleurer.

 

Bénies, les fines gouttes firent

en cadence clapoter Terre,

et ruisseler jusqu’au nadir

les souillures de tout l’hiver.

 
 

Délivrance, idéal crachin.

Je pus quitter les apparences

et raffiner mon doux chagrin

pour n’en garder que les essences.

 

De bruine fine en pluie plus drue,

de gouttelettes en gros grains,

mon humeur se fit plus ardue,

mes sentiments plus souverains.

 

Enfin le divin Ouranos,

sensible à mon amour déviant,

me fit pleuvoir toute une noce :

Hallebardes et diamants.

 

J’allai ravi sous cette averse,

m’engouffrant dans l’odeur du vent,

et me croyant le roi des Perses,

je déchaînai les éléments.

 

Mais trop instable est ce refuge,

mon règne ne dura longtemps,

j’aurais préféré un déluge :

Hallebardes et diamants.

 

Julien Perrin 20/06/98

02 juin 2016

La Rando des Acteurs Locaux

épinal, colibris, rando, randonnée, chateau, s'habiller, s'alimenter, se déplacer, se divertir

28 mai 2016

Yourtes Ouvertes

yourtes, habitat groupé, tiny houses, incroyables comestibles

16 mai 2016

Ô, Vôsges

Ô, Vôsges

 

Ô, Vôsges maternelles

Ô, Vôsges naturelles

Ô, Vôsges éternelles

Ô, Vôsges et brimbelles

Je voudrais tant oser

un culte Vous vouer.

 

A Vos rondeurs exquises,

à Vos claires vallées,

Vos pluies intempestives,

Vos automnes dorés,

c’est à dame Nature

que l’on doit Vos beautés,

et dans la démesure

j’en viens à Vous aimer.

 

C’est au creux de Vos reins

que je naquis un jour

et c’est entre Vos seins

que j’ai appris l’amour.

Ô, immortelles mères

qui m’ont tant consolé,

c’est dans Vos jupons verts

que j’aimais à pleurer.

 

Ma Moselotte lasse

où enfant j’ai baigné

est aujourd’hui hélas

un ruisseau pollué,

il coule du bitume

sur Vos vertes vallées

bien plus que de coutume

l’hiver peut enneiger.

 

Aux chants de Vos oiseaux,

A Vos goûteux bluets,

Votre foncé manteau,

l’odeur de Vos forêts,

à la douceur du vent,

je voudrais trop oser

tant qu’il est encor temps

un culte leur vouer.

 

Et n’en déplaise aux gens

que je Vous circonflexe,

je veux dorénavant

Vous aimer sans complexes.

 

Julien Perrin, 1998

17:22 Publié dans Pensée du Jour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vosges, poèsie, poème, culte, barde, brimbelles | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13 mai 2016

Miser VRAIMENT sur la Transition Ecologique

miser vraiment sur la transition écologiue, hélène le téno, transition, golbey

Repair Café de la Vôge

xertigny, obsolescence programmée, repair café, réparer, vosges, Vôge, transition

12 mai 2016

Semer la Futur

bourguignon, Claude Bourguignon, Lydia Bourguignon, semer le futur, granges sur vologne,