Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 janvier 2013

l'AMAP du Durbion s'agrandit

Comme chaque début d'année c'est le moment de prendre de bonnes résolutions, il y en a une qui vous permettra à la fois :

  • de manger plus sain
  • d'être plus indépendant de la grande distribution
  • de soutenir l'agriculture paysanne locale
  • de rencontrer du monde
  • d'acheter à des prix plus justes
  • de diminuer les trajets des denrées alimentaires
  • de se protéger contre les OGM
  • de permettre à des jeunes de s'installer en Bio
  • de savoir vraiment ce que vous mangez

etc. la liste pourrait être encore plus longue en cherchant un peu. Mais quelle est donc ce cercle vertueux qui permet tout ça ?

L'AMAP bien sûr !

Pour savoir s'il y en a une proche de chez vous il existe un site qui les répértorie :

http://www.reseau-amap.org/

Si vous habitez sur le centre du département 88 vous pouvez nous rejoindre à l'AMAP du Durbion qui a tenu une Assemblée Générale très conviviale et qui est en phase de renouvellement des contrats annuels. Bref c'est maintenant qu'il faut y adhérer.

L'AMAP du Durbion a un gros avantage, elle est maintenant très étoffée, non seulement on y retrouve les paniers de légumes, des steak hachés, du porc, des oeufs, mais vous pouvez aussi avoir depuis l'année dernière des petits fruits (natures et transformés) et la nouveauté pour 2013 sera un contrat sur la farine et les pâtes.amap, durbion, felten, pâtes,vosges, dompierre, valleroy le sec, valleroy,adhésion

Tout cela bien sûr est à la carte, chaque contrat étant indépandent vous pouvez moduler vos adhésions selon le nombre de personnes de votre foyer, votre régime alimentaire et vos goûts.

Avec L'AMAP vous êtes acteur de votre consommation, vous pouvez participer à la vie de l'association, à l'activité des producteurs, par exemple à l'organisation des paniers de légumes ou à des journées de cueillettes de petit fruits. Vous avez un contact privilégié avec vos producteurs et vous pouvez donner votre avis et vous informer directement sur ce que vous mangez. Vous participez à des covoiturages  pour limiter les déplacements de chacun.

Pour adhérer c'est très simple, téléchargez le bulletin d'ahdésion et les contrats sur le site de l'AMAP à cette adresse :

http://amap.du.durbion.blog.free.fr/

ou contactez-moi pour que je vous les transmette et que je vous explique le fonctionnement au 06 78 84 53 26

Bonne année ... et bonne santé surtout !

05 juin 2011

Villoncourt : le scandale ne désempli pas

Depuis le départ un dialogue de sourd s’est instauré entre les chargés d’affaire de la Sita et les gens du Pays, riverains du centre d’enfouissement de Villoncourt.

Les premiers, pas peu fier d’avoir décroché un marché juteux, et après avoir échoué d’implanter un centre d’enfouissement à différents endroits des Vosges se sont rabattus sur le site de Villoncourt, ils ont tout misé sur l’imperméabilité de la couche d’argile et sur une membrane géotextile non biodégradable qui sont censés isoler les déchets de l’environnement pour leur permettre d’être stockés au mieux quelques dizaines d’années, au pire ad vitam aeternam.

Les « gens du coin » eux, ne comprennent pas cette décision, stocker des déchets sur le lieu dit « La Campagne » est une aberration, c’est le château d’eau du secteur, là d’où partent les sources qui alimentent en eau tout le canton, ils sont soutenus par un hydrogéologue D. Mansuy qui a réalisé une thèse expliquant comment ce plateau argileux agit comme une éponge gorgée, rendant de l’eau lors des périodes de sécheresse pour maintenir à flot les ruisseaux alentours. Vous savez, comme les billes d’argile qu’on met au fond de nos jardinières pour maintenir une humidité constante.villoncourt, décharge villoncourt, enfouissement villoncourt, cademovi, enfouissement vosges, prefet vosges, mansuy, pdedma vosges, recyclage vosges, durbion

La récente sécheresse a donné raison aux opposants au site, réunis en collectif d’associations autour de CADEMOVI, ils ont prouvé photos à l’appui que les déchets allaient baigner dans une eau abondante venue du sol. Sita cherche à minimiser le problème en prétendant avoir prévu ce cas de figure et en installant des pompes qui extraient l’eau et la déversent … tenez vous bien … dans le milieu naturel, elle va simplement se retrouver dans le Durbion et la Moselle. Les populations apprécieront ce geste.

Comment en est on arrivé là ?

Depuis le début les pouvoirs publics, ceux là qui sont chargés garantir l’avenir de nos enfants, ont délégué ce dossier à une société privée, en l’occurrence la Sita, filiale du groupe Suez, cotée en bourse,  et dont le métier est d’apporter des revenus confortables à ses actionnaires en exploitant les problèmes de gestion des déchets. Les aspects humains et environnementaux ne sont pris en compte que dans la mesure où ils ont un impact sur l’image de l’entreprise, c’est pourquoi Sita s’est toujours appliquée à travestir la vérité et à tromper le Préfet et les médias pour minimiser les problèmes.

Comment s’en sortir ?

Dans l’immédiat le Préfet a eu la sagesse de s’accorder un nouveau délai de réflexion et va rencontrer les élus locaux, à la lumière des nouveaux éléments factuels il est possible qu’il revoie sa décision. L’argent investi dans cette impasse qu’est Villoncourt aura de toute façon été autant d’argent public gaspillé, l’important étant de stopper les dégâts le plus tôt possible.

A moyen terme il est urgent de revoir complètement notre Plan Départemental d’Elimination des Déchets Ménagers et Assilimés (PDEDMA). Les Vosges sont en effet un des plus mauvais élèves de France en matière de recyclage et de limitation à la source des déchets. Une politique environnementale ambitieuse nous aurait permis de se passer d'un centre d'enfouissement supplémentaire. Il n'est peut être pas trop tard pour rectifier le tir.

Enfin il va falloir exiger en 2012 un retour à une gestion publique des déchets ménagers et à une réforme de la gestion des déchets industriels imposant une extrême transparence et mettant en place le principe pollueur-payeur.