Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 octobre 2011

Le syndrome "SimCity"

Nous avons tous un jour succombé à ceux jeux vidéos qui consistent à construire, construire et construire encore jusqu’à couvrir la carte de routes et de bâtiments. Cette pulsion n’est visiblement pas une spécificité des nouvelles générations de « geek », puisqu’il semblerait qu’un certain nombre de nos élus en soit atteint également.
conseil général des Vosges, Christian Poncelet, scot vosges, cdcea vosges, vosges, ump vosges, btp vosges, développement vosges, syndrome simcity, endetter vosges, générations vosges, y vosgien
Le conseil général des Vosges par exemple, persiste et signe pour endetter deux générations de vosgiens. Une décision surprenante en pleine période de crise et de rigueur budgétaire. Tandis que l’avenir de nos enfants est compromis par une situation environnementale et énergétique de plus en plus précaire. Tandis qu’on supprime à tour de bras enseignants, assistantes sociales, gardiens de la paix…

« Le but de ce surendettement des générations futures doit en valoir la peine ? » Pensera le quidam … que nenni,  il s’agit simplement de satisfaire un caprice mégalomane de quelques élus épris de grands travaux et qui veulent signer le département vosgien d’un gigantesque « Y » routier qui ne correspond à aucune réalité géographique.


La prochaine étape de ce chantier mystico-esthétique étant de construire une troisième route entre Epinal et Rambervillers (alors que les deux existantes présentent des points accidentogènes et auraient mérité des travaux) en ponctionnant les espaces agricoles et les forets sur toute la longueur et en sacrifiant des zones humides. Le tout permettra au mieux de gagner 3 minutes sur le temps de trajet entre les deux villes, aucune création d’emploi ne découlera de cette infrastructure bien évidement.

Mais comme à son habitude, le consortium UMP-BTP continue de vouloir construire n’importe quoi n’importe où, au mépris des évolutions et des prises de conscience de notre société. Dans le même genre, bien que nos zones d’activités ne soient remplies qu’à 13%, certains se sentent investis de la mission impérieuse d’en dessiner des nouvelles. Le vide appelle le vide.

Tandis que les SCOTS, CDCEA et autres organismes s’évertuent à limiter l’étalement urbain et l’emprise routière, tandis que tous les autres départements français ont entamé une démarche de transition pour préparer la fin du pétrole bon marché, tandis que notre premier ministre François Fillon lui-même a annoncé que le Pic Pétrolier venait d’être franchis.
Le département des Vosges conduit pas Christian Poncelet, dont la légitimité d’élu ne tiens plus qu’au bénéfice de l’age (83 ans) semble figé dans le passé.

Notre département 88 continuera donc, comme durant les 30 glorieuses, à développer un modèle basé sur le tout-voiture et sur les « grands projets », délaissant une population qui a de moins en moins les moyens d’accéder à un carburant de plus en plus cher mais auquel elle est addict.

Seul éclair de lucidité dans l’assemblée, les 8 membres du groupe socialiste, conduit par Etienne Pourcher, qui résistent en pensant que les priorités sont ailleurs, et qu’il vaut mieux garantir l’avenir de nos enfants plutôt que de l’hypothéquer.

Peu à espérer donc des politiques en place, encore une fois le citoyen vosgien va devoir compter sur sa propre initiative et construire lui même l'avenir de ses enfants.